LA RÉALISATION

Le Chemin Néocatéchuménal, comme tout véritable itinéraire de catéchèse, est aussi un moyen pour "susciter des vocations sacerdotales et de particulière consécration à Dieu dans les diverses formes de vie religieuse et apostolique et en vue d'allumer dans le secret des cœurs des vocations spécifiquement missionnaires".

Le Chemin Néocatéchuménal est aussi un instrument qui est offert au service des Évêques pour la formation chrétienne des candidats au presbytérat.

Les séminaires diocésains et missionnaires Redemptoris Mater sont érigés par les Évêques diocésains, en accord avec l'Équipe responsable internationale du Chemin. Ils sont régis selon les normes en vigueur pour la formation et l'incardination des clercs diocésain et selon des status propres, en conformité avec la Ratio fundamentalis institutionis sacerdotalis. Dans ces séminaires les candidats au sacerdoce trouvent dans la participation au Chemin Néocatéchuménal un élément spécifique et fondamental du processus de formation et, en même temps, ils sont préparés au "choix authentique du prêtre au service de tout le Peuple de Dieu, dans la communion fraternelle du presbytérium.

du "Statut du Chemin Néocatéchumenal"


ÉVANGÉLISATION MISSIONNAIRE

Le premier séminaire « Redemptoris Mater » a été ouvert à Rome en 1987 selon la volonté du Saint Père Jean Paul II pour aider la nouvelle évangélisation, surtout celle conduite par les familles en mission (implantatio ecclesiae) dans lieux où la situation est difficile : parce que l’Église n’y a jamais été présente ; ou parce qu’à cause du processus de sécularisation, elle y a perdu beaucoup de fidèles et doit donc nécessairement rénover l’activité missionnaire primitive. Ces familles, envoyées en réponse aux appels de beaucoup d’évêques, manquaient de presbytres qui les accompagnent.

« Eglise Sainte de Dieu, tu ne peux accomplir ta mission, tu ne peux accomplir ta mission dans le monde sinon à travers la famille et sa mission. Je pense que vous, comme familles itinérantes néocatéchuménales, vous faites la même chose, vous constituez le but de votre itinérance qui est celui de porter partout, dans les différents milieux déchristianisés, porter le témoignage de la mission de la famille. C'est un grand témoignage, humainement grand, "chrétiennement" grand, divinement grand parce que ce témoignage, la mission de la famille, est enfin inscrit dans le sillon de la Très Sainte Trinité. » (Jean Paul II aux familles en mission, 30.12.1998)

« Cette œuvre d'évangélisation entreprise par les familles dans diverses zones fit rapidement apparaître la nécessité de presbytres qui soutiennent les communautés nouvellement formées et qui puissent constituer de nouvelles paroisses. Ainsi sont nés les Séminaires Redemptoris Mater, grâce à la vision prophétique des initiateurs du Chemin, au courage du Pape Jean-Paul II et à l'élan missionnaire des familles en mission, presque toutes des familles nombreuses dont le témoignage de foi a été fondamental pour la "réévangélisation" et la formation de nouvelles paroisses. » (Ezechiele Pasotti, Note historique dans: Le Chemin Néocatéchuménal - Statuts)

Le Séminaire a reçu son nom dans les jours où est sortie l’encyclique de Jean Paul II « Redemptoris Mater » (Mère du Rédempteur). La Vierge Marie est la première et principale patronne de ces séminaires dans la mesure où c’est elle qui, comme à Cana de Galilée, voit toutes les nécessités et les misères du peuple pèlerin (aussi le manque de prêtres) et intercède auprès de Dieu. (Cf. Jean Paul II, Redemptoris Mater, 21).

« Il n’est pas difficile, donc, à la lumière de cela, de constater les fruits du Chemin Néocatéchuménal : les familles réconciliées, ouvertes à la vie et reconnaissantes envers l’Église, s’offrent pour porter l’annonce de l’Évangile jusqu’aux confins de la terre. J’ai moi-même eu l’occasion de remettre le crucifix aux familles en partance pour les zones les plus pauvres et déchristianisées. C’est d’elles que surgissent, maintenant, de nombreuses vocations. Des filles qui embrassent la vie religieuse et contemplative ; des garçons en marche vers le sacerdoce dans les séminaires locaux et dans ces séminaires missionnaires « Redemptoris Mater » nés pour venir en aide aux Églises qui, étant donné la rareté du clergé, se trouvent dans de graves difficultés. Le vœu de Vatican II vient ainsi se réaliser (…) » (Jean Paul II aux catéchistes itinérants du Chemin Néocatéchuménal, Vatican Salle Clémentine, 17.01.1994)

« Mais une telle mission ne serait pas possible sans des presbytres préparés à accompagner et à soutenir par leur ministère ordonné cette œuvre pour la nouvelle évangélisation. Je suis reconnaissant au Seigneur qui a voulu que surgissent de nombreuses vocations et par suite la constitution de séminaires diocésains et missionnaires dans divers pays d’Europe, appelés du doux nom de la Vierge Marie, ‘Redemptoris Mater’. » (Lettre de Jean Paul II aux évêques réunis à la convivence de Vienne, 12.04.1993)

Encore plus sur l’évangélisation...

LES VOCATIONS DANS LE CHEMIN NÉOCATÉCHUMÉNAL

Tous ceux qui sont en train d’être formés dans les séminaires Redemptoris Mater proviennent des communautés du Chemin Néocatéchuménal, au sein duquel surgissent beaucoup de vocations, même dans les pays dans lesquels l’Église traverse une « crise des vocations ».

« (…) je ne m'étonne pas que dans votre chemin il y ait des vocations: c'est une confirmation que votre chemin est authentique et qu'il correspond à sa nature, et à sa dénomination. » (Jean Paul II aux jeunes des communautés néocatéchuménales qui se sont rendus disponibles pour le presbytérat, Vatican, Chapelle Sixtine, 31.03.1985)

« Le Chemin néocatéchuménal, comme tout véritable itinéraire de catéchèse, est aussi un moyen pour « susciter des vocations sacerdotales et de particulière consécration à Dieu dans les diverses formes de vie religieuse et apostolique et en vue d'allumer dans le secret des cœurs des vocations spécifiquement missionnaires »

Le Chemin Néocatéchuménal est aussi en instrument offert aux services des évêques pour la formation chrétienne des candidats au presbytérat.

« (…) Dans ces séminaires les candidats au sacerdoce trouvent dans la participation au Chemin Néocatéchuménal un élément spécifique et fondamental du processus de formation et, en même temps, ils sont préparés au ‘choix authentique du prêtre au service de tout le Peuple de Dieu, dans la communion fraternelle du presbyterium’(Jean Paul II, Pastores dabo vobis, 68).» (Statuts du Chemin Néocatéchuménal, art. 18)

« (…) Il s'agit donc de séminaires diocésains pour la formation de candidats au sacerdoce, qui seront par la suite incardinés au service des diocèses respectifs. Leur seule particularité consiste dans le fait que la participation au Chemin Néocatéchuménal constitue un élément spécifique de leur itinéraire de formation. » (prof. Juan Ignacio Arrieta, Observations canoniques au statuts du Chemin Néocatéchuménal, dans Le Chemin Néocatéchuménal, Statuts)

« C'est l'Esprit Saint qui suscite des vocations à travers des personnes, de ce chemin, de toute cette structure d'organisation, qui est humaine, mais qui est ouverte à l'influence, à l'inspiration de l'Esprit Saint. Je me demande où est le noyau de ce processus qui, à travers le Chemin Néocatéchuménal, à travers différentes personnes, à travers différentes circonstances, produit, suscite, inspire des vocations au presbytérat, à la vie consacrée, à la vie religieuse. Je suis convaincu que le punctum saliens, le point de départ de tout cela est la découverte de la richesse, de la profondeur divine, sacramentelle du Baptême. (…) Je vous souhaite de persévérer tout au long de ce chemin que vous avez découvert grâce au Chemin Néocatéchuménal, ce chemin de vie chrétienne, de la vocation chrétienne qui est propre à chacun de nous, et je vous souhaite ensuite de continuer sur ce chemin de la vocation au presbytérat ou à la vie consacrée que vous avez découvert grâce aussi à ce Chemin Néocatéchuménal » (Jean Paul II pendant la rencontre avec les jeunes des communautés Néocatéchuménales, Rome, Salle Paul VI, 28.03.1993)

« (…) Pour cela j’apprend avec joie que, comme les vôtres, beaucoup d’autres vocations sont en train de fleurir sur le sentier de votre spiritualité, le Chemin Néocatéchuménal, non seulement ici à Rome mais en différents endroits, dans des pays d’Europe et du monde entier. C’est vraiment l’approfondissement de la vie spirituelle propre à ce chemin, qui trouve dans l’acceptation du « radicalisme évangélique », aussi un terrain plus fécond pour faire éclore une vocation. Dieu ne cesse d’appeler, mais seule une profonde intimité avec le Christ permet d’en entendre la voix, de l’accueillir promptement et de la suivre avec persévérance. » (Homélie du Saint Père Jean Paul II pendant l’Eucharistie célébrée avec la communauté du Séminaire romain "Redemptoris Mater", Cité du Vatican, Chapelle "Redemptoris Mater", 31.10.1993)

« L’expérience que j’ai pu faire dans le cours de ces années, en visitant personnellement le Séminaire, ainsi qu’en rencontrant les presbytres qui y ont été formés, me confirme que le « Redemptoris Mater » est un grand don pour le Diocèse de Rome et pour l’Église étendue dans le monde entier. Ces séminaristes et presbytres, aiment réellement la prière et la Parole de Dieu, pratiquent avec foi et discipline la vie communautaire, sont complètement fidèles à la doctrine de l’Église et animés par une grande ardeur missionnaire. Je peux en outre témoigner avec joie, Saint Père, qu’ils ont un énorme amour pour la personne de Votre Sainteté envers Votre service de successeur de Pierre ». (Paroles de bienvenue du Cardinal Camillo Ruini durant l’audience du pape Jean Paul II pour le séminaire romain « Redemptoris Mater », le 18.03.2004, salle Clémentine)

« Plus de seize ans se sont écoulés désormais depuis la création de votre séminaire, qui a représenté une expérience nouvelle et tout à fait significative, en vue de la formation de prêtres pour la nouvelle évangélisation. Depuis lors sont apparus dans le monde divers autres séminaires "Redemptoris Mater", qui s'inspirent de votre modèle et qui partagent vos finalités.

Les fruits de bien produits au cours de ces années par votre séminaire sont particulièrement abondants. Je rends grâce avec vous au Seigneur pour ceux-ci. Je désire en outre remercier pour ces mêmes fruits le Chemin Néocatéchuménal, au sein duquel sont nées et se sont développées vos vocations. (…) J'adresse, en outre, une pensée reconnaissante aux Fondateurs du Chemin, auxquels on doit l'heureuse intuition d'avoir proposé l'érection de votre séminaire, et qui se prodiguent tant pour favoriser au sein du Chemin même la naissance de vocations au sacerdoce et à la vie consacrée. » (Discours du Saint Père au séminaire diocésain "Redemptoris Mater" de Roma, 18.03.2004, salle Clémentine)

Ils ne sont pas en tout cas des « séminaires néocatéchuménaux ». Les presbytres qui y sont ordonnés sont disposés à aller partout où les enverra l’évêque ordinaire du diocèse, répondant aux besoins des différentes Églises locales :

Ces séminaires diocésains appartiennent à l’Évêque. Nous n’avons rien fait d’autre que d’aider l’efflorescence de nouvelles vocations. Et l’Évêque est celui qui a à sa disposition ces séminaristes et les envoie là où il y en a effectivement besoin ; à ces régions du monde où, à cause du manque du clergé et de prêtres, la foi du peuple est menacée. (Kiko Argüello, lors de la visite de Jean-Paul II au Séminaire Archidiocésain Missionnaire « Redemptoris Mater » de Saint Domingue, le 11.10.1992).

« Ces séminaires sont diocésains, érigés par les Évêques, en accord avec l'équipe responsable internationale du Chemin, et régis selon les normes en vigueur pour la formation et l'incardination des clercs diocésains. Ils sont missionnaires : les presbytres qui y sont formés sont disposés à être envoyés par l’Évêque dans le monde entier. Ils sont internationaux : les séminaristes proviennent de pays et de continents différents, en signe concret de la catholicité, mais aussi comme signe de disponibilité à être envoyé n'importe où. Mais la caractéristique la plus significative de ces séminaires est la suivante : d'un côté, ils sont un don pour aider les diocèses à s'ouvrir à la mission, à aller dans le monde entier. D'un autre côté, le Chemin Néocatéchuménal est un soutien qui accompagne les séminaristes durant leur formation et continue à les soutenir, une fois qu’ils sont devenus presbytres grâce à la formation permanente. » (Ezechiele Pasotti, Note historique dans: Le Chemin Néocatéchuménal - Statuts)

« Votre destination concrète dépend en effet de l’Évêque, qui a à cœur tant les besoins de son diocèse, que les exigences de la mission universelle. En vous en remettant, dans une attitude d'obéissance confiante et cordiale, à ses décisions, vous trouverez votre paix et votre sérénité intérieures et vous pourrez dans tous les cas exprimer votre charisme missionnaire, étant donné qu'ici également, à Rome, la pastorale est et devra toujours plus être caractérisée par la priorité de l'évangélisation. » (Discours du Saint Père [Jean Paul II] au séminaire diocésain "Redemptroris Mater" di Roma, 18.03.2004, salle Clémentine)